fbpx
Journaleco
Journaleco.

Aéronautique, Selon Elalamy, le secteur se porte bien 

A en croire le ministre de l’Industrie Hafid Elalamy, le secteur aéronautique marocain est en mesure de sortir de la crise actuelle liée au nouveau coronavirus encore « plus fort » qu’avant :  « Les perspectives sont extrêmement intéressantes. Le Maroc a été résilient durant cette période de pandémie et nous avons même reçu des investisseurs internationaux avec lesquels nous avons avancé sur des extensions de leurs investissements », a indiqué M. Elalamy à l’occasion de l’événement « Rendez-vous de l’industrie aéronautique ». Soulignant que « le Royaume a su s’imposer au fil des années comme un acteur crédible dans ce secteur pour jouer, en toute transparence et clarté, dans la cour des grands », le ministre a passé en revue les chiffres réalisés par l’aéronautique durant l’année écoulée, laquelle a été marquée par la crise du covid-19. « Nous avons toujours 142 entreprises dans le secteur. Côté emploi, nous avons eu 10% de pertes, contre 43% enregistrés au niveau mondial », a-t-il précisé, ajoutant qu’en matière de chiffre d’affaires à l’export, le secteur aéronautique marocain a connu un repli de 29% en 2020, contre 50% constatés à l’échelle internationale. Véritable locomotive de l’économie nationale, l’aéronautique se veut actuellement une vitrine de compétences des ingénieurs et techniciens supérieurs marocains, a relevé M. Elalamy, expliquant que le Royaume a une stratégie double qui consiste à fabriquer les pièces et à faire du montage. Il a, à cet effet, évoqué le taux d’intégration locale qui s’est situé, l’année dernière, à 38% pour dépasser l’objectif initial (35%) fixé dans le cadre du Plan d’accélération industrielle (PAI). « Fabriquer 38% d’un avion complet est assez rare. Les pays très développés en font beaucoup moins parce qu’ils sous-traitent partout, et ceux moins développés en font aussi souvent moins parce qu’ils n’assurent qu’une partie de ces avions ».

Et de soutenir : « Nous avons une véritable montée de gamme dans le secteur. Chaque avion commercial qui vole dans le ciel de notre planète porte en lui au moins une pièce usinée au Maroc. C’est un élément essentiel dont nous pourrons être fiers. Cette vision, cet acharnement des opérateurs, cette montée en gamme, ce travail au quotidien sans relâche donne ses résultats ».

JournalEco

 

 

 

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.