fbpx
Journaleco
Journaleco.

Campagne de vaccination anti Covid-19 Haro sur les resquilleurs…

Apparemment le Maroc se veut intransigeant pour tout ce qui concerne de près ou de loin la campagne de vaccination contre la Covid-19. Cette campagne qui connaît une forte mobilisation de tous et que le Royaume veut réussir à tout prix. En effet et à deux jours seulement du lancement de cette campagne tant attendue, des irrégularités ont été constatées. Très vite, des sanctions et des décisions rigoureuses ont été prises. Ainsi, le ministère de l’Intérieur a annoncé, samedi dernier, que 8 personnes non prioritaires ont bénéficié de la première dose du vaccin contre le Covid-19 au centre de vaccination « Anoual » de Taza, bien qu’elles ne remplissent pas les conditions spécifiant les catégories ciblées par la première phase de l’opération nationale de vaccination. Suite à cet incident, un adjoint du Caïd en charge de la deuxième annexe administrative à Taza et un auxiliaire d’autorité ont été suspendus de leurs fonctions, de même qu’il a été décidé de mettre fin à la mission des personnes chargées d’enregistrement et de contrôle des catégories ciblées par l’opération de vaccination au centre « Anoual », ajoute le ministère dans un communiqué, précisant qu’une enquête a été ouverte pour élucider les tenants et aboutissants de cet acte et déterminer ses conséquences juridiques.

A Marrakech, cette fois-ci, un membre de la Chambre d’Industrie, de Commerce et des Services (CCIS) a bénéficié de l’opération de vaccination contre la Covid-19, au siège du club des pharmaciens bien qu’il ne fasse pas partie des catégories ciblées actuellement par la campagne nationale de vaccination, indique dimanche la Wilaya de la région de Marrakech-Safi.

 

Les données préliminaires ont révélé que l’épouse de l’intéressé, une pharmacienne exerçant à Marrakech, l’avait inscrit sur la liste des professionnels du secteur de la pharmacie, précise la même source dans un communiqué.

 

Suite à cet incident, une enquête a été ouverte pour élucider les tenants et aboutissants de la vaccination de cet individu parmi la catégorie des pharmaciens, et déterminer les conséquences juridiques qui en découlent.

 

Autrement dit, en matière de campagne de vaccination contre la Covid-19, l’intransigeance est le mot d’ordre.

JournalEco

 

 

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.