fbpx
Journaleco
Journaleco.

CRI de Fès… Le secteur de l’Offshoring, premier employeur de la ville

M. Yassine Tazi, directeur général du Centre régional d’investissement (CRI) de Fès-Meknès, prend la parole durant la réunion du deuxième conseil d’administration du centre. 28102020 – Fès

Le secteur de l’Offshoring était le premier employeur de la ville de Fès en 2019, selon des données du Centre régional d’investissement (CRI) Fès-Meknès.

Avec 36 centres d’appel employant près de 4.500 salariés, l’Offshoring compte de grands noms de l’Offshoring comme Alten delivery Center, Webhelp, Acticall ou encore CGI, précise le CRI, qui vient de signer un Mémorandum d’entente avec la fédération des technologies de l’information, des télécommunications et de l’Offshoring (APEBI).

La région représente, elle, 11% des emplois du secteur au niveau national, occupant ainsi la troisième destination de l’Offshoring au Maroc.

D’après le CRI, plusieurs chantiers stratégiques sont en cours au niveau de la Région, notamment le schéma numérique régional pour la transformation digitale du territoire, le projet Fez Smart Factory, premier écosystème de l’industrie 4.0 au Maroc, ou encore le projet de l’AGRITECH, qui permettra d’apporter une révolution verte 2.0, mêlant recherche, innovation, digital et développement entrepreneurial.

Le Mémorandum d’entente signé entre le CRI et l’APEBI vise à booster la digitalisation de la région de Fès-Meknès, afin d’accroître l’attractivité et la compétitivité territoriale.

Les objectifs de ce partenariat convergent avec les orientations du Plan de Développement régional (PDR) et s’inscrivent dans une démarche inédite d’accompagnement des acteurs de l’écosystème et de régionalisation du secteur de l’Offshoring, indique le CRI dans un communiqué.

Ce Mémorandum s’articule autour de trois axes principaux. Il s’agit de la mise en place d’un modèle d’écosystème digital pilote au niveau de la région Fès Meknès, la création d’une antenne régionale de l’APEBI afin de fédérer les acteurs IT locaux et accompagner l’ensemble des secteurs productifs de la région dans leur processus de transformation digitale et la promotion du digital pour en faire un levier d’attractivité et de compétitivité régionale, aussi bien à l’échelle nationale qu’internationale.

JournalEco

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.