fbpx
Journaleco
Journaleco.

Impact de la pandémie sur la gestion de la croissance.. Le Maroc, un pays vigilant

Face à la pandémie, la majeure partie des pays ont mis en œuvre plusieurs types d’actions allant des mesures de confinement ou de prévention sanitaire aux différentes formes de soutien économique. L’Université d’Oxford a conçu l’outil (L’OxCGRT) pour suivre et comparer les réponses politiques face à la pandémie à travers le monde. Cet outil recueille des informations accessibles au public sur 19 indicateurs, dont 8 (C1-C8) enregistrent des informations sur les politiques de confinement et de fermeture, tel que les fermetures d’écoles et les restrictions du mouvement. 4 indicateurs (E1-E4) captent des informations sur le soutien du revenu aux citoyens ou la fourniture d’aide étrangère et les 7 derniers (H1-H7) enregistrent des informations sur les politiques du système de santé tel que le régime de dépistage du COVID-19, les investissements d’urgence dans les soins de santé et, plus récemment, les politiques de vaccination. Les données sur les 19 indicateurs ont été agrégées dans un ensemble de 3 principaux axes : les mesures de confinement et de santé adoptées par les pouvoirs publics, le soutien économique et la rigueur des citoyens.

Cet effort de gestion de crise a évidemment un coût qui s’est répercuté sur la croissance économique. A partir de l’outil mis en place par l’Université d’Oxford, il en est extrait un indice représentatif de l’ampleur des mesures contre la crise (incluant le nombre de jours de confinement) qui est ainsi rapproché de la variation de croissance pour le benchmark choisi. Le tableau ci-contre confronte ainsi cet indicateur représentatif de l’effort de gestion de crise avec la variation de croissance pour le benchmark choisi.

Appliqué à la situation du Maroc cette approche permet d’évaluer l’effort consenti pour la gestion de la crise pandémique tout en rappelant le degré de propagation de la pandémie dans le pays. L’analyse de ces 3 principaux axes du dispositif OxCGRT d’Oxford montre que le Maroc a déployé un effort considérable en termes de vigilance, de réponses socio-économiques et de mesures sanitaires instaurées. L’équilibre adopté en termes de politique de dépistage et de « tracking », d’investissement dans l’équipement et les soins de santé et sur le plan du soutien économique a permis de placer la réponse du Maroc parmi les premiers pays sur le continent Africain et par rapport à la région MENA. Ces évaluations se traduisent par un score moyen du Maroc (1er Avril au 21 Décembre 2020) pour les différents indices ‘’Oxford’’ sur base 100 : Indice de confinement et de santé : 67,5 ; Indice de soutien économique : 67,8 ; Indice de rigueur 73,6. En termes d’indicateurs pandémiques, la situation du Maroc au 10 Décembre, se caractérise principalement par : Un cumul de près de 11.000 infections par million d’habitant contre une moyenne mondiale de 9.000. Une dynamique de propagation de la pandémie au Maroc qui semble se stabiliser en fin d’année, au regard de la progression moyenne du nombre de contaminations enregistrées sur la dernière décade (corrélée au facteur de reproduction R) qui se situe en dessous du seuil décisif des 1% au 10 Décembre 2020. Les indicateurs pandémiques utilisés sont également convertis base 100 pour être combinés avec les indices ‘’Oxford’’.

JournalEco

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.