fbpx
Journaleco
Journaleco.

La CGEM coopte la Fédération Marocaine de l’Externalisation des Services (FMES) en tant que Fédération statutaire

Conformément aux dispositions de ses Statuts et de son Règlement Intérieur, la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) a coopté la Fédération Marocaine de l’Externalisation des Services (FMES) en tant que Fédération Sectorielle Statutaire Externe. À ce titre, la FMES disposera d’un siège au Conseil d’Administration de la CGEM.
Cette fédération représente l’ensemble des entreprises opérant dans les métiers de l’externalisation des services au Maroc, un secteur stratégique notamment grâce à son potentiel de création d’emplois et à sa contribution à la balance commerciale. L’externalisation des services fait également partie des activités les plus génératrices de devises avec un chiffre d’affaires de 14 milliards de dirhams réalisé en 2019. Ce secteur dispose aussi d’un grand potentiel de gain de parts de marché au niveau mondial. Le Maroc est d’ailleurs classé n°1 en outsourcing en Afrique francophone.
“Nous sommes ravis de rejoindre la CGEM en tant que fédération statutaire et remercions sa Présidence pour le travail de concertation mené. Au sein de la Confédération, nous ambitionnons d’élaborer et de déployer un plan d’actions stratégique pour accélérer le développement du secteur de l’externalisation des services et renforcer le positionnement du Maroc en tant que hub de l’externalisation de métiers à haute valeur ajoutée”, souligne M. Youssef CHRAÏBI, Président de la FMES.
Notons que la FMES a absorbé l’Association Marocaine de la Relation Client (AMRC) qui représentait jusqu’alors les membres historiques des centres de contact au Maroc. Sa cooptation par la CGEM fait suite à la décision du Conseil d’Administration de la Confédération, en date du 24 septembre 2020, lors duquel les Administrateurs ont pris acte des critères d’identification d’une activité sectorielle représentée au sein de la CGEM, à savoir le poids et les perspectives de développement de celle-ci, la cohérence avec les objectifs stratégiques du pays et le degré de maturité de la représentation sectorielle.

JournalEco

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.