fbpx
Journaleco
Journaleco.

Le rapport sur le NMD est le résultat d’une intelligence collective

  Le rapport sur le Nouveau modèle de développement (NMD) est le résultat d’un travail basé sur l’intelligence collective, a affirmé Driss Ksikes, membre de la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD).

S’exprimant lors de l’émission hebdomadaire « les Mardis du PCNS » produite par le Policy Center for the New South (PCNS), M. Ksikes a souligné que la Commission s’est basée dans son travail sur un processus d’intelligence collective, à travers des séances d’écoute avec toutes les parties et les forces vives de la Nation, pour donner une perception collective et aboutir à un « pacte national de développement ».

Il a également indiqué que le travail de la CSMD avait une référence, qu’est la Constitution, et a abouti à un pacte national qui va être approuvé par les acteurs politiques, associatifs, économiques et culturels, outre un mécanisme de suivi qui garantit la reddition des comptes et le suivi du travail par la société.

« Le NMD place le citoyen au cœur de sa réflexion », a-t-il relevé, insistant sur l’importance du capital humain en tant que facteur clé de succès de tout développement.

On considère aussi dans la CSMD que la culture est un élément crucial, a-t-il fait remarquer, notant que ce volet doit être renforcé à travers l’éducation, dont on doit améliorer la qualité, en plus d’inculquer l’amour des arts aux citoyens dès leur jeune âge, à travers des espaces de créativité.

Pour sa part, Abdallah Saaf, Senior Fellow au PCNS, a indiqué que « l’idée d’un nouveau modèle de développement intervenait après que plusieurs plans de réformes ont montré leurs limites, et pour mettre en question l’ancien modèle adopté et réfléchir à un nouveau modèle qui devrait inspirer et renforcer les politiques publiques portées par les partis politiques ».

S’agissant du processus de travail de la CSMD, M. Saaf a noté qu’il a reflété le pluralisme de la société marocaine, et a donné une perception des réformes à mettre en place à l’horizon 2035.

Il a également estimé que ce pluralisme doit être préservé pour garantir la compétitivité et donc avoir plusieurs modèles à débattre, rappelant que plusieurs grandes réformes ont été mises en place au Maroc dans différents domaines, notamment le chantier de la protection sociale.

« Les Mardis du PCNS » (Policy Center for The New South) se veut un rendez-vous hebdomadaire qui accueille des experts et des représentants des secteurs public et privé, de divers domaines, afin de discuter des sujets d’actualité sur la scène internationale et régionale.

Lancé en 2014 à Rabat avec plus de 40 chercheurs associés du Sud comme du Nord, le Policy Center for the New South (PCNS) offre une perspective du Sud sur les enjeux des pays en développement. Il vise à faciliter les décisions stratégiques et les politiques publiques relevant de ses principaux programmes : Afrique, géopolitique et relations internationales, économie et développement social, agriculture, environnement et sécurité alimentaire et matières premières et finance.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.