fbpx
Journaleco
Journaleco.

Les relations Maroc-BM au centre de discussion entre le chef de gouvernement et le DG de l’IFC

    Les relations entre le Maroc et la Banque Mondiale (BM) ont été au centre des discussions, jeudi à Rabat, entre le Chef du gouvernement Saad Dine El Otmani et M. Makhtar Diop, directeur général de la Société Financière Internationale (International Finance Corporation – IFC)- membre du groupe BM- qui effectue au Maroc sa première visite de travail à l’étranger depuis sa nomination à ce poste en mars dernier.

Selon un communiqué de la présidence du gouvernement, cette rencontre a été l’occasion pour M. El Otmani de faire part de sa satisfaction quant à la qualité de la coopération entre les deux parties et du partenariat avec la BM dans plusieurs programmes, projets et grandes stratégies initiées par le Maroc, outre l’accompagnement, par l’IFC, des efforts déployés par le Royaume dans le cadre de l’amélioration de l’environnement des affaires et du renforcement de la dynamique de l’économie nationale.

Le Chef du gouvernement a aussi affirmé que le Maroc ambitionne de renforcer davantage ce partenariat dans le cadre des stratégies et programmes de réformes phares qui sont en cours d’exécution, en particulier dans le domaine de la gouvernance des établissements publics, du partenariat public-privé et de l’intégration du secteur informel.

De son côté, M. Diop s’est félicité des réalisations du Maroc en matière de renforcement et modernisation du réseau des infrastructures de base, de développement d’un environnement favorisant les initiatives d’investissement, ainsi que du succès du Royaume pour faire face aux répercussions de la crise du nouveau coronavirus (covid-19).

Ainsi, le Maroc constitue une des destinations de choix pour les investissements de l’IFC, qui devraient avoisiner 300 millions de dollars au titre de l’exercice 2021, a-t-il ajouté.

Les deux parties ont également discuté des perspectives de coopération dans le cadre du programme de l’IFC visant à renforcer l’intégration africaine et le commerce intra-africain et ce, à la lumière de l’expérience pionnière acquise par le Maroc via sa politique africaine, outre la présence de taille du secteur privé marocain sur le continent africain dans des secteurs vitaux comme l’agriculture, les télécommunications, les infrastructures de base, le financement bancaire, l’éducation et la formation, etc.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.