fbpx
Journaleco
Journaleco.

Maroc/Af Sud: Conclusion d’un accord pour la promotion des investissements

Youssef Amrani

Casablanca Finance City Authority (CFCA) et l’Agence sud-africaine Wesgro (Agence officielle de promotion du tourisme, du commerce et des investissements pour la région du Cap et du Cap occidental) ont signé, jeudi, un protocole d’accord visant à promouvoir les opportunités d’investissement au Maroc et en Afrique du Sud.

Ce nouvel instrument juridique, signé lors d’une visioconférence, par les PDG de CFCA et Wesgro, respectivement M. Said Ibrahimi et M. Tim Harris, ouvre la voie pour l’établissement d’une plateforme de soutien aux entreprises dans leurs projets d’investissement respectifs que ce soit en Afrique du Sud pour les sociétés marocaines ou au Maroc pour les sociétés sud-africaines.

Dans une déclaration à la MAP, l’ambassadeur Youssef Amrani s’est félicité de cette initiative qui dans son essence porte les valeurs et les ambitions d’une Afrique qui dessine son avenir au travers d’un volontarisme économique renforcé et d’une convergence toujours plus outillée en instrument de coopération.

Il a dans ce sens indiqué que la conclusion de cet accord dénote de l’intérêt grandissant de nombre de sociétés africaines à l’endroit des potentialités prometteuses du marché marocain situé au carrefour de l’Europe et de l’Afrique, avec des fondamentaux macroéconomiques solides, des infrastructures modernes et une diversité d’opportunités.

Cette synergie africaine, qui gagne en mécanisme d’interconnexion, entrevoie des perspectives fortes et positives pour le renforcement des investissements et du commerce interafricains, estime l’ambassadeur Amrani. Et d’ajouter que dans le cas d’espèce, cet accord permettra aux sociétés marocaines de prospecter avec plus de visibilité et d’incitation les potentialités économiques de la région du Cap située à l’extrême sud de notre continent.

Lors de la signature de l’accord, M. Ibrahimi a déclaré : «Notre partenariat vise à étendre nos champs d’influence économique respectifs et à ouvrir de nouvelles opportunités de marché pour nos communautés d’affaires. Notre ambition, à travers ce nouveau protocole d’accord avec Wesgro, est donc de permettre de multiples canaux commerciaux entre le Cap occidental et Casablanca».

Il estime de même que «l’opportunité de croissance de notre continent est entre nos mains en tant que nations africaines : la plupart de nos dynamiques économiques devront être intra-africaines dans un futur proche, si nous souhaitons atteindre un haut niveau de compétitivité au niveau mondial».

Pour sa part, Tim Harris a insisté sur le fait que «le Maroc et l’Afrique du Sud ont beaucoup en commun. Nous sommes à des stades de développement similaires, nous nous positionnons comme des points d’entrée vers des opportunités africaines plus larges et nous avons un optimisme similaire en ce qui concerne notre potentiel économique».

Il s’est également réjouit de la signature de ce protocole d’accord et de «l’opportunité de renforcer les relations commerciales entre nos deux régions et le reste du continent».

Casablanca Finance City (CFC) est une place financière africaine engagée pour l’avenir du continent. Elle est classée parmi les meilleures places financières au monde. La place fournit à ses membres un accompagnement administratif complet pour accéder au potentiel de l’Afrique depuis son siège à Casablanca, capitale économique du Maroc et l’un des plus grands ports d’Afrique.

Wesgro est un opérateur qui occupe une position stratégique sur le marché sud-africain, tant il est positionné dans un grand nombre de secteurs clés comme l’infrastructure, la recherche universitaire et plus globalement l’accompagnement des différents opérateurs économiques internationaux.

Pour rappel, la région du Cap a été identifiée comme capitale technologique de l’Afrique dans le rapport Endeavour Insights 2018 et regorge d’une multitude d’industries florissantes telles que l’agro-industrie, la fabrication, la technologie, les industries créatives, l’immobilier, la fabrication maritime et l’externalisation des processus d’affaires.

JournalEco

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.