fbpx
Journaleco
Journaleco.

Aéronautique : L’Europe aura besoin de 8700 nouveaux avions à l’horizon 2040 …

Boeing [NYSE : BA] prévoit actuellement une croissance régulière, ainsi qu’une contribution accrue au développement durable, de la flotte commerciale européenne au cours des 20 prochaines années. En effet, les avions qui la composent devraient être remplacés dans leur grande majorité par des modèles plus économes en carburant. Selon les prévisions à long terme publiées par Boeing sous le titre 2021 Commercial Market Outlook (CMO), les compagnies européennes devront acquérir 8 705 nouveaux avions représentant une valeur de 1 250 milliards d’euros d’ici à 2040, une demande portée par les compagnies aériennes à bas coût et le rapide essor du marché des voyages d’agrément.

Le marché du transport aérien se redresse de façon importante, tant aux niveaux mondial et régional, comme Boeing l’avait annoncé l’année dernière. La demande de voyages aériens en Europe est à la pointe de cette reprise en raison notamment de l’assouplissement des restrictions sanitaires et des déplacements ; pour leur part, les vols long-courrier devraient recouvrer leur niveau prépandémique d’ici 2023 à 2024.

La réduction de l’empreinte carbone du secteur aéronautique demeure une priorité absolue pour Boeing et les compagnies aériennes présentes sur le marché européen. En ce qui concerne les lignes court-courrier, les compagnies européennes devraient continuer d’investir dans de nouveaux avions monocouloir de plus grande capacité qui se distinguent par une consommation de carburant et des émissions en baisse. S’agissant des vols long-courrier, les compagnies devraient s’appuyer sur les avions gros porteurs de nouvelle génération, tels que le 787 et le 777X, qui affichent une efficience considérablement accrue. À l’horizon 2040, l’actuelle flotte européenne sera remplacée à 90 % par des modèles plus économes en carburant, soit davantage que le taux de renouvellement de la flotte mondiale (80 %, selon le CMO).

« Le continent européen a été fortement touché par la pandémie, mais la mise en œuvre de politiques coordonnées à l’échelle régionale a revigoré une demande insatisfaite considérable en faveur des voyages aériens, donnant ainsi un coup d’accélérateur à la reprise », a déclaré Darren Hulst, Vice-Président de Boeing en charge du marketing commercial. « Dans un premier temps, les avions monocouloirs constitueront le principal moteur de l’expansion des capacités requises pour satisfaire la demande de la région. Sur le segment long-courrier, les compagnies aériennes disposent d’une formidable opportunité de remplacer des avions anciens et moins efficients par des biréacteurs davantage polyvalents et qui se démarquent par une consommation de carburant, des émissions de CO2 et un niveau de bruit en baisse. »

« Boeing concentre ses activités sur une approche à plusieurs facettes de la décarbonation de l’aviation, étayée par sa participation au développement de politiques réglementaires et la formation de partenariats innovants dans le monde entier », a déclaré Brian Moran, Vice-Président de Boeing en charge de la politique mondiale de développement durable et des partenariats. « La conception et la livraison d’avions davantage économes en carburant sont deux piliers de cette stratégie, de même que le soutien actif à la transition de notre secteur industriel vers les énergies renouvelables en mettant l’accent sur les carburants aéronautiques durables et les technologies avancées. »

Par ailleurs, les prévisions (CMO) de Boeing indiquent que l’industrie aéronautique européenne devra recruter plus de 405 000 personnes d’ici à 2040, notamment des pilotes, des techniciens et des membres du personnel navigant (PNC).

Selon les prévisions à l’horizon 2040 figurant dans l’étude 2021 Europe CMO :

  • le trafic passagers devrait augmenter de 3,1 % par an, et la flotte d’avions de 2,7 % ;
  • la demande d’avions monocouloir (7 100 appareils) sera tirée par la croissance continue des compagnies low-cost, un segment qui représente désormais plus de 50 % de la capacité intra-européenne ;
  • la demande de gros-porteurs (1 545 nouveaux avions pour le transport de passagers et de fret) satisfera les vols long-courriers, qu’il s’agisse des liaisons point à point ou par le biais de réseaux en étoile (hub and spoke) ;
  • la flotte mondiale d’avions cargo devrait augmenter de 70 % au cours des deux prochaines décennies, avec notamment une demande de 85 nouveaux appareils en Europe.
  • la demande du marché des services pour l’aviation commerciale est évaluée à près de 1 600 milliards d’euros.

 Kh.Fa

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.