fbpx
Journaleco
Journaleco.

Africa Business Heroes : Plus de 1 600 délégués au premier sommet annuel

L’Africa’s Business Heroes (ABH) a dévoilé son premier rapport annuel, qui met en lumière les réalisations des initiatives et l’impact qu’elles ont eu ; Investisseurs, partenaires et entrepreneurs de tous les secteurs et marchés se sont réunis pour discuter de questions urgentes et d’idées de collaboration ; Les candidatures pour l’édition de cette année du concours sont en cours d’examen et le Top 50 2021 sera annoncé dans les semaines à venir.

Le prix concours ABH, le programme philanthropique phare établi par la Fondation Jack Ma pour aider à promouvoir un écosystème entrepreneurial panafricain inclusif, a tenu son tout premier sommet annuel dans un format entièrement virtuel, rassemblant plus de 1 600 participants de toute l’Afrique. Le sommet, qui consistait en une conférence en ligne et d’ateliers d’une demi-journée, a permis à la communauté ABH de se connecter, de s’engager et d’écouter certains des plus grands esprits du monde des affaires, de la technologie et du marketing.

Lors du sommet, Jason Pau, directeur exécutif (international) de la Fondation Jack Ma, a lancé le tout premier rapport annuel de l’ABH, qui retrace le parcours de l’ABH à ce jour et l’impact qu’il a créé pour les participants et les communautés. « L’équipe a cherché sans relâche à regarder au-delà de l’horizon, à innover et à avoir un impact plus important grâce à notre programme. Nous nous concentrons sur la construction d’une communauté entrepreneuriale panafricaine inclusive, et nos réalisations ne sont possibles que grâce au soutien de nos partenaires, juges, bénévoles, amis et communautés à travers l’Afrique et aux quatre coins du monde. »

Le rapport note que depuis qu’ils ont été désignés finalistes de l’ABH, les 10 premiers de 2019 et 2020 ont au total soutenu plus de 8 300 emplois directs et indirects, et créé 455 nouveaux emplois directs. Nombre d’entre eux se sont trouvés en première ligne face à l’épidémie COVID-19, mettant à profit leur entreprise pour fournir du sang, de l’oxygène, des EPI et d’autres services essentiels à ceux qui en ont le plus besoin. En outre, plusieurs entreprises ont vu leur croissance doubler, voire tripler, et ont levé des millions de dollars de fonds, grâce à l’exposition et aux connexions acquises au cours de leur expérience à l’ABH. En outre, 43 000 entrepreneurs de toute l’Afrique, qui étaient d’anciens candidats, ont pu accéder à des formations, des apprentissages et des possibilités de mise en réseau inégalés.

Tout au long du sommet, les participants ont discuté du thème central du concours de cette année, « It’s African Time ». Bogolo Kenewendo, économiste mondial et ancien ministre de l’investissement, du commerce et de l’industrie du Botswana, et conseiller spécial de l’ABH, a souligné le rôle clé que les entrepreneurs peuvent jouer pour libérer le potentiel économique du continent : « Le potentiel pour les entreprises est immense. L’Afrique est l’une des régions du monde qui connaît la croissance la plus rapide depuis dix ans, avec environ 6 700 milliards de dollars de dépenses de consommation et d’affaires, plusieurs opportunités sont perçues comme étant des défis et des problèmes. Nous avons besoin de fonds pour soutenir la résolution des problèmes et l’innovation sur le continent. Ce n’est pas de la charité, c’est du business. Les défis auxquels nous sommes confrontés sont de grandes opportunités. Les possibilités de croissance sont plus importantes en Afrique que dans le reste du monde. »

 

Les participants ont également partagé la même passion pour fournir des solutions. Lors d’un sondage réalisé pendant le sommet, 93 % des personnes interrogées ont déclaré qu’un problème à résoudre et une excellente idée commerciale étaient les raisons pour lesquelles elles avaient choisi de devenir entrepreneur. Seuls 5 % ont déclaré qu’ils étaient principalement mus par le gain économique.

L’événement a également réuni un panel d’intervenants africains et internationaux de haut niveau dans le but d’impliquer et interagir avec le public sur un certain nombre de sujets cruciaux, notamment l’investissement, la technologie, le marketing et la formation des talents. Les participants étaient unanimes pour dire qu’il s’agit d’une période très excitante et pleine de défis pour l’entrepreneuriat et la création d’entreprises en Afrique, mais que l’avenir s’annonce prometteur :

 

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.