fbpx
Journaleco
Journaleco.

Conférence Babacar Ndiaye : Importance de la science, de la technologie et de l’innovation dans la transformation des économies africaines

Ameenah Gurib-Fakim est la principale oratrice de la Conférence Babacar Ndiaye de cette année. Elle est l’ancienne présidente de Maurice et lauréate 2007 du Prix L’Oréal-UNESCO pour les femmes et la science. La conférence se concentrera sur le rôle clé que la science, la technologie et l’innovation peuvent jouer dans l’amélioration de la productivité et l’accélération de l’industrialisation des économies africaines. La Conférence discutera également des opportunités de collaboration qu’offre la ZLECAf dans le domaine des Sciences, Technologies, Ingénierie et Mathématiques (STEM) ainsi que des moyens à mettre en œuvre pour que les talents ne quittent pas l’Afrique.

La cinquième édition de la Conférence Babacar Ndiaye se tiendra ce mercredi 20 octobre. Elle réunira des dirigeants des secteurs public et privé, des groupes de réflexion, des universitaires et le grand public pour dialoguer avec la professeure Ameenah Gurib-Fakim, personnalité politique et scientifique de renommée mondiale.

Ameenah Gurib-Fakim a été présidente du Conseil international de l’Union scientifique – Bureau régional pour l’Afrique, avant de devenir la première femme présidente de Maurice. Elle a été lauréate du Conseil économique et social national (2007) et de l’Union africaine pour les femmes et la science.

La crise sanitaire a renforcé le besoin urgent pour l’Afrique d’atteindre l’autosuffisance en médicaments et autres produits manufacturés essentiels, qui ne pouvaient pas être importés au plus fort de la pandémie, soit en raison de la perturbation des chaînes d’approvisionnement mondiales, soit à cause de l’interdiction de les exporter pour pouvoir mieux répondre aux besoins des marchés nationaux.

Tandis que le contenu technologique des produits manufacturés ne cesse d’augmenter, l’écart scientifique de l’Afrique avec le reste du monde sape le processus de transformation économique et exacerbe la dépendance aux importations.

Seuls 2,4 % des chercheurs mondiaux en sciences sont africains, dont 31 % de femmes. La jeunesse africaine doit être responsabilisée pour assurer une transformation durable des économies du continent. « Pendant trop longtemps, la science et la technologie, les moteurs les plus importants du développement économique, ont été négligées en Afrique. Nous ne pouvons pas parler de transformation sans investir dans la science », a déclaré le professeur Benedict Oramah.

La ZLECAf, qui a le potentiel d’accélérer la transformation des économies africaines et de maximiser les bienfaits de l’éducation, pourrait déclencher une révolution scientifique qui soutiendra la diversification des sources de croissance et l’amélioration du bien-être.

La Conférence Babacar Ndiaye de cette année envisagera les possibilités d’investissements africains dans la science, la technologie et l’innovation pour résoudre les problèmes actuels auxquels l’Afrique est confrontée. Elle étudiera aussi la possibilité de créer des industries offrant des débouchés pour les générations présentes et futures.

En plus de l’allocution d’ouverture de la Conférence par la professeure Gurib Fakim, un discours sera prononcé par S.E. Prof. Sarah Anyang Agbor, Commissionnaire de l’UA pour les ressources humaines, la science et la technologie.

La conférence Babacar Ndiaye est devenue, depuis 2017, l’un des moments forts du calendrier d’Afreximbank. Un événement unique en son genre qui sert de lien entre les clients, partenaires, actionnaires et professionnels d’Afreximbank. La Banque est honorée d’accueillir les dirigeants des banques et institutions financières, les capitaines d’industrie, les chefs d’entreprise, les hauts fonctionnaires, les responsables d’organisations internationales, les chercheurs, les membres de la société civile, les représentants du corps diplomatique et des chambres de commerce et d’industrie, etc.

En outre, la Conférence offre une excellente occasion de se connecter avec les membres de la diaspora africaine, les décideurs politiques et économiques, les professionnels du développement, ainsi que les investisseurs intéressés par les opportunités commerciales en Afrique.

Les précédents orateurs incluent les professeurs à l’Université Columbia, Joseph Stiglitz, lauréat du prix Nobel d’économie, et Jeffrey D. Sachs, directeur du Center for Sustainable Development ; S.E. Dr Olusegun Obasanjo, ancien président du Nigeria; le général William E. « Kip » Ward, ancien commandant américain d’Africom et le Professeur Kishore Mahbubani, Distinguished Fellow, Asia Research Institute et premier doyen de la Lee Kuan Yew School of Public Policy

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.