fbpx
Journaleco
Journaleco.

La BAD s’engage pour une relance durable au Maroc

    La Banque africaine de développement (BAD) a réitéré son engagement à soutenir une relance socialement inclusive et écologiquement durable au Maroc, a affirmé le responsable-pays de la Banque pour le Maroc, Brice Mikponhoue.

S’exprimant à l’ouverture d’un séminaire sur les sauvegardes sociales et environnementales qui encadrent les opérations de la BAD dans le Royaume, M. Mikponhoue a indiqué que cet événement conjoint a renforcé « l’excellent partenariat que nous entretenons avec nos partenaires marocains » pour soutenir encore plus cette dynamique, en adoptant les meilleures pratiques en la matière.

Pour sa part, le directeur du département des Sauvegardes et de la Conformité à la Banque africaine de développement, Issa Maman-Sani, a souligné qu’il est impératif de consolider le suivi social et environnemental des projets, en particulier dans ce contexte de crise.

« Nous partageons la même finalité, celle de contribuer à renforcer les bases d’un développement durable bénéfique aux populations », a-t-il fait valoir, cité dans un communiqué de la Banque.

Les échanges entre les participants et les experts de la Banque ont été « interactifs » et « fructueux ». Ils ont permis de répondre aux attentes des institutions publiques marocaines qui ont souligné « la nécessité d’approfondir davantage la connaissance des mécanismes et outils de sauvegarde » afin de « structurer une nouvelle génération de projets priorisant les dimensions sociales et environnementales, au bénéfice des populations », a souligné le communiqué.

Les spécialistes de la Banque ont, quant à eux, insisté sur l’importance des sauvegardes et leurs objectifs respectifs. Leur maîtrise, ont-ils affirmé, permet de mieux anticiper certains risques opérationnels, tout en garantissant la durabilité environnementale et sociale des opérations de la Banque qui sont les préalables à une croissance inclusive et durable.

Ils ont ainsi rappelé le déploiement d’un ensemble d’instruments dans le cadre du Système de sauvegardes intégré, avec l’objectif de promouvoir le bien-être des populations africaines, en adéquation avec les cinq priorités stratégiques de la Banque.

Et de préciser que depuis plus d’un demi-siècle, l’engagement total de la Banque africaine de développement au Royaume s’élève à plus de dix milliards d’euros, avec des financements couvrant les secteurs de la santé, de l’énergie, de l’eau, des transports, du développement humain, de l’agriculture et du secteur financier.

Organisé en partenariat avec les autorités marocaines, du 1er au 3 juin, ce séminaire a pour principal objectif de renforcer la prise en compte des mesures sociales et environnementales dans la gestion opérationnelle des projets actifs et en préparation.

Tenu en distanciel, l’atelier a réuni plus d’une centaine de participants et experts des agences d’exécution et des unités de gestion de projets financés par la Banque. Le ministère de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement était également représenté.

Ce séminaire a contribué à sensibiliser les parties prenantes sur les exigences de la législation nationale applicable aux opérations et dans les accords de financement. Il a également favorisé une meilleure appropriation des rôles et responsabilités dans la mise en œuvre et le suivi des mesures environnementales et sociales des projets.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.