fbpx
Journaleco
Journaleco.

PCNS : Nécessité de renforcer le dispositif de recherche scientifique

Les participants à un webinaire tenu jeudi sous la thème « l’État, le citoyen et la sphère savante » ont indiqué que la crise du covid-19 a démontré la nécessité de renforcer la sphère de la science en général et le dispositif de la production de la recherche scientifique au Maroc.

Selon un communiqué du Policy Center for the New South (PCNS), ces intervenants ont relevé que le politique est déterminant, mais en concertation avec les autres groupes et que la technologie a permis la disponibilité, l’accessibilité, la rapidité et la continuité des services et demeure l’âme de fond des centres de réflexion qui produisent beaucoup actuellement grâce au numérique.

La réflexion générale du débat a reposé sur trois axes principaux, à savoir le retour sur un défi commun et des responsabilités partagées entre l’État, le scientifique et le citoyen face au nouveau coronavirus (covid-19), les échelles et les temporalités de la réinvention de la recherche scientifique pour les politiques publiques ainsi que la réflexion sur la citoyenneté par le prisme de la culture scientifique via les nouvelles technologies d’information et de communication.

Intervenant à cette occasion, Abdallah Saaf, Senior Fellow au PCNS, a démontré que le rapport entre la science de manière générale et la prise de décision politique dans le contexte du côté du sud est comparable. Cité par le communiqué, il a estimé qu’il est nécessaire de s’approcher de quelques entités scientifiques pour rendre compte de cette relation entre les savants et les entités de la prise de décision.

Le Senior Fellow a, en outre, indiqué que, dans une situation d’incertitude, comme celle vécue, cette articulation sur la science est intéressante et que plusieurs questions pertinentes restent à être soulevées concernant les données mises à disposition, le processus de prise de décision et la place des préoccupations scientifiques par rapport à celles sécuritaires ou politiques.

Pour sa part, Abdelmounim Belalia, Professeur universitaire à l’Institut supérieur de commerce et d’administration des entreprises (ISCAE), a relevé que la pandémie a transformé le lien entre la sphère savante et le citoyen d’une part et la sphère savante et le décideur de l’autre.

De son côté, Nouredddine El Aoufi, Professeur de l’enseignement supérieur à la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales (FSJES) de l’Université Mohammed V de Rabat a souligné que la question posée tourne autour de deux axes essentiels, en l’occurrence, l’État et la décision, le citoyen et le savoir. Dans ce contexte, il a fait savoir qu’il faudrait se focaliser sur le processus de la prise de décision, les fondements et la légitimité de ces décisions.

M. El Aoufi a, dans ce sens, apporté une perspective économique au sujet dans le sens où il a traité de l’incertitude instaurée par la crise du covid-19 comme étant embuche à l’anticipation et la prévision des irrégularités économiques.

Par ailleurs, il a fait remarquer que la gestion de la crise dépend des modalités et renvoie au cas marocain où on a privilégié la vie du citoyen au lieu de l’économie.

Ce webinaire, organisé en partenariat avec l’ISCAE, a été modéré par Nihal El Mquirmi, Research Assistant au PCNS.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.