fbpx
Journaleco
Journaleco.

Les économies arabes les plus fortes : L’Arabie saoudite premier, l’Iraq toujours quatrième

Le magazine américain «Forbes» a publié un classement des économies arabes les plus fortes pour l’année 2021. Le Royaume d’Arabie saoudite est premier du classement, malgré le fait que son économie ait été touchée par une double crise représentée par la pandémie et l’effondrement des marchés pétroliers, alors que son produit intérieur brut a enregistré 701,5 milliards de dollars en 2020.

Bien que surprenant, l’Irak a maintenu sa quatrième place dans le monde arabe, après que les répercussions de la pandémie et la forte baisse des revenus pétroliers ont exacerbé les faiblesses économiques à long terme, en plus de restreindre la capacité du gouvernement à fournir une réponse financière efficace à la crise. On s’attend à ce que la production de pétrole en Irak continue de baisser à 3,95 millions de barils par jour, contre 4 millions de barils par jour l’année dernière et 4,6 millions de barils en 2019.

Les Émirats arabes unis sont arrivés à la deuxième place, avec un PIB de 2021 enregistrant un niveau de 401,5 milliards de dollars, suivis de l’Égypte, dont le PIB devrait atteindre 394,3 milliards de dollars. Les Émirats arabes unis ont avancé d’une position par rapport à leur classement l’année dernière, et ont dépassé l’Égypte dans le classement de cette année.

Le Fonds monétaire international s’attend à une croissance du PIB réel des Émirats arabes unis au cours de cette année de 3,1%, après avoir connu une contraction de 5,9% au cours de l’année dernière, et la croissance de cette année est meilleure que les niveaux de croissance avant la pandémie, car la production a augmenté de 1,7% en 2019 et 1,2% en 2018. Le PIB par habitant aux Émirats arabes unis devrait augmenter de 10% pour atteindre 35,2 mille dollars cette année, contre 31,9 mille dollars l’an dernier.

Le Qatar maintient également sa cinquième position cette année, car son produit intérieur brut atteindra 166 milliards de dollars cette année, contre 146,1 milliards de dollars en 2020. Alors que le produit intérieur brut de l’État du Qatar a diminué de 2,6% au cours de l’année dernière en raison des répercussions de la pandémie, mais il devrait se redresser pour croître de 2,4% cette année, ce qui est un meilleur niveau qu’avant le déclenchement de la pandémie lorsqu’elle a atteint une croissance estimée à 0,8% en 2019.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.