fbpx
Journaleco
Journaleco.

L’ONU appelle à enrayer la perte de biodiversité et la dégradation des écosystèmes

A l’occasion de la Journée internationale de la diversité biologique, les Nations Unies appellent à enrayer la perte de biodiversité et la dégradation des écosystèmes à cinq mois de la Conférence de l’ONU sur la biodiversité qui se tiendra à Kunming, en Chine.

« Nous sommes confrontés à une triple urgence – perte de biodiversité, perturbation climatique et pollution croissante », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, lors d’une discussion en ligne consacrée à cette Journée. « Nous épuisons les ressources plus rapidement que la nature ne peut les reconstituer », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général a rappelé que la biodiversité diminue à un rythme sans précédent et alarmant, et que les pressions s’intensifient. « Nous n’avons atteint aucun de nos objectifs de biodiversité convenus au niveau international », a-t-il prévenu.

Du 11 au 24 octobre 2021, les gouvernements se réuniront à Kunming, en Chine, dans le cadre de la COP15 pour finaliser un nouveau cadre mondial ambitieux pour la biodiversité qui peut protéger la nature, restaurer les écosystèmes et réinitialiser notre relation avec la planète.

« Il est essentiel qu’ils réussissent », a dit M. Guterres car « les récompenses seront énormes », rappelant que de nombreuses solutions existent déjà pour protéger la diversité génétique de notre planète sur terre et en mer, mais que « nous devons les employer ».

Pour le Secrétaire général, le choix de vivre durablement doit être accessible à tous, partout et doit se traduire par de meilleures politiques qui favorisent la responsabilité des gouvernements, des entreprises et des individus. Un avis partagé par le Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Volkan Bozkir, qui rappelle que les Etats disposent à la fois des ressources et des espaces politiques pour faire des progrès significatifs dans le domaine de la biodiversité.

« Si nous canalisons les capacités et les ressources vers des projets qui stimulent la croissance économique, les emplois et les moyens de subsistance, tout en protégeant simultanément la biodiversité et la nature dans son ensemble, alors nous ne nous rétablirons pas seulement, mais nous investirons dans notre avenir », a dit M. Bozkir lors de cette discussion en ligne.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.