Journaleco
Journaleco.

Oracle va étendre ses centres de R&D au Maroc

L’initiative inédite avec ce géant de la Silicon Valley va continuer à mettre la recherche et le développement marocain à l’avant-garde, avec un centre destiné à employer 1 000 experts informatiques dans le pays.

Ghita Mezzour, ministre déléguée chargée de la Transition numérique, a célébré la signature d’un accord avec le géant américain de la technologie Oracle pour le lancement du Centre de Recherche et Développement en Afrique.

Mezzour a annoncé la nouvelle aujourd’hui, affirmant qu’elle avait signé l’accord pour l’initiative à San Francisco, en Californie, dans les bureaux d’Oracle, ajoutant que le centre était « le premier du genre en Afrique ».

« Cet accord vise à employer plus de 1 000 informaticiens marocains qualifiés qui développeront des solutions de cloud computing et d’IA, entre autres, pour accélérer le développement des technologies de pointe d’Oracle qui aident à résoudre les défis des clients du monde entier », a déclaré Mezzour.

Cet accord, a-t-elle poursuivi, s’inscrit dans la vision du roi Mohammed VI, visant à encourager la jeunesse marocaine à être « innovante et à renforcer la position de notre pays en tant que plaque tournante des investissements productifs ».

La PDG d’Oracle, Safra Catz, a également souligné l’importance du nouveau centre, ajoutant que son centre actuel à Casablanca « a déjà joué un rôle essentiel dans la création d’avancées techniques, l’amélioration de la cybersécurité et la fourniture de nouvelles capacités d’IA percutantes ».

Le PDG a souligné l’importance d’étendre la présence de R&D au Maroc, soulignant que l’entreprise peut « exploiter davantage son vaste vivier de talents pour accélérer le développement de solutions qui aident nos clients mondiaux à développer leurs activités et à gagner dans leurs secteurs ».

Cet accord intervient alors que le Maroc cherche à faire progresser son secteur technologique, notamment à l’ère de l’IA.

En mars, l’ONU a adopté sa première résolution sur l’IA, présentée à l’Assemblée générale par le Maroc et les États-Unis.

La résolution vise à promouvoir des systèmes d’IA sûrs, sécurisés et fiables ainsi qu’à combler les écarts au sein de l’IA et d’autres domaines numériques qui existent entre les nations.

Malgré l’intérêt mondial porté à l’IA , certains mettent en garde contre les risques de cette transition numérique, une étude récente suggérant que le monde n’est peut-être pas préparé aux changements.

L’une de ces études a été publiée en mars par la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle, qui a rapporté que la plupart des professionnels marocains ne sont pas préparés à s’adapter rapidement à l’IA.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ceci se fermera dans 20 secondes