fbpx
Journaleco
Journaleco.

Sommet virtuel sur le climat de Séoul : Les participants plaident pour l’inclusion de tous les pays dans les efforts pour l’environnement

Les dirigeants mondiaux prenant part au Sommet mondial virtuel sur le climat et la croissance durable, qui s’est ouvert dimanche sous les auspices de la Corée du Sud, ont plaidé en faveur de l’inclusion de tous les pays dans les efforts pour l’environnement.

Ouvrant les travaux de ce conclave organisé sous le thème « Partenariat pour la croissance verte et les objectifs mondiaux 2030 » ou P4G, le président sud-coréen, Moon Jae-in, a fait part de l’intention de son pays de jouer « un rôle responsable pour faire le pont entre les pays en développement et les pays avancés ».

Il a en outre annoncé la candidature de la Corée du Sud pour accueillir la 28e Conférence des Parties des Nations unies sur le changement climatique (COP28) en 2023.

Selon le Premier ministre britannique, Boris Johnson, les pays devaient désormais tenir leurs promesses en matière d’efforts pour l’environnement.

« C’est un bon début, mais ne nous tapons pas dans le dos pour l’instant parce que notre planète et notre peuple ont besoin de plus », a-t-il déclaré, précisant que l’heure n’est plus au promesses sur le climat et le nature mais plutôt aux actes.

De son côté, le président français, Emmanuel Macron, a indiqué que les pays africains ne doivent pas être « enfermés » dans les énergies fossiles et pouvoir avancer avec le reste du monde, appelant à des moyens d’attirer des investissements à grande échelle dans les énergies renouvelables.

De l’avis du Secrétaire-Général de l’ONU, Antonio Guterres, « lutter de front contre le changement climatique aidera à protéger les personnes les plus vulnérables de la prochaine crise tout en soutenant une reprise riche en emplois après la pandémie ».

Ce sommet, le deuxième du genre après celui de Copenhague en 2018, propose deux jours de discussions virtuelles autour des défis liés à l’environnement. Ces discussions focaliseront sur « la relance verte inclusive » visant à ne pas délaisser les pays en voie de développement ou les classes vulnérables dans le processus de lutte contre le changement climatique et contre la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19).

Il est le fruit d’un partenariat international visant à accélérer les efforts public-privé pour des solutions inclusives répondant aux objectifs de développement durable (ODD) et conforme à l’Accord de Paris.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.