fbpx
Journaleco
Journaleco.

Madagascar veut développer les relations économiques avec le Maroc

Madagascar, qui veut renforcer et développer les relations économiques avec le Maroc, a invité le secteur privé marocain à tirer profit des opportunités d’investissement qu’offre cette immense ile située au large de la côte sud-est de l’Afrique.

Le président de Madagascar Andry Rajoelina a accordé une audience, mardi à Paris, à une délégation de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), conduite par son président Chakib Alj, et ce en marge de la première Rencontre des Entrepreneurs Francophones organisée par le patronat français, le Medef.

Au cours de cette audience, tenue en présence de plusieurs membres du gouvernement et d’opérateurs économiques malgaches et de représentants du secteur privé marocain, le Président Andry Rajoelina a tenu à rappeler « l’histoire commune » qui lie les deux pays. « Une histoire qui remonte du temps de l’exil à Antsirabe de feu SM Mohammed V ».

Le chef de l’État malgache n’a pas manqué de saluer les relations « fortes » et « fraternelles » qui lient aujourd’hui Madagascar et le Royaume du Maroc.

Affichant sa ferme volonté de conduire son pays à davantage de développement et de prospérité économiques, le président malgache a formé le souhait de rattraper “le retard accumulé depuis des années” par son pays.

“Nous avons mis en œuvre une stratégie pour redresser le pays et répondre aux attentes de la population malgache”. Pour cela, “nous avons besoin du savoir faire marocain et d’investissements” dans plusieurs secteurs, a indiqué le Président malgache qui a mis en avant les « immenses potentialités d’investissement qu’offre Madagascar ».

De son côté, le président de la CGEM a souligné que le Maroc et Madagascar entretiennent de solides relations d’amitié et de fraternité. Des liens exemplaires qui ouvrent de grandes perspectives pour un partenariat économique durable et porteur de croissance partagée pour le bien de leurs populations respectives.

Il a également affirmé que la réunion d’aujourd’hui s’inscrit dans le cadre de la vision éclairée de SM le Roi Mohammed VI du rôle que doit jouer le secteur privé marocain au sein de son continent, en tant que créateur de valeur ajoutée et d’emplois pérennes et ce, en partenariat avec les acteurs privés locaux et dans un esprit gagnant-gagnant.

Rappelant que les acteurs économiques marocains sont aujourd’hui implantés dans plus de 30 pays du continent, où ils opèrent dans les infrastructures économiques et sociales, l’industrie, les télécoms, les banques, les assurances, l’agroalimentaire et les nouvelles technologies, le président de la CGEM s’est dit convaincu que Madagascar présente de multiples opportunités de développement que les entreprises marocaines vont mettre à profit.

D’ailleurs, a-t-il dit, des entreprises marocaines opèrent déjà à Madagascar dans l’outsourcing, la finance et les assurances.

Selon M. Alj, aujourd’hui, il devient primordial d’accélérer la coopération sud-sud, ainsi que la dynamique d’intégration régionale, à la lumière de la relance économique post-Covid19, qui a frappé nos économies de plein fouet, ou encore la mise en œuvre effective de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) qui donne accès à un marché de plus 1.2 milliards de consommateurs.

Cette zone permettra de multiplier les échanges commerciaux intra-africains, qui ne représentent aujourd’hui que 16% des échanges globaux des pays du continent. Elle sera aussi un accélérateur de l’industrialisation de notre continent et de l’émergence du Made in Africa, a-t-il dit.

« Il s’agit là d’opportunités que nous souhaitons saisir avec nos partenaires malgaches avec qui nous partageons, non seulement la francophonie, mais aussi plusieurs valeurs et de l’histoire », a affirmé le président de la CGEM qui a réitéré l’engagement de la Confédération, notamment à travers le Conseil d’affaires Maroc-Madagascar, pour l’accompagnement des communautés d’affaires respectives en faveur d’un partenariat concret et à la hauteur de nos ambitions communes.

La rencontre, qui a été marquée par la projection d’un film institutionnel sur les opportunités d’investissements à Madagascar et la future ville de Tana-Masoandro dont la réalisation nécessite un coût d’environ quatre milliards d’euros, a été l’occasion pour plusieurs chefs d’entreprises marocaines opérant dans différents secteurs (construction, énergie, industrie, agriculture, outsoucing, villes durables, technologies, assurances…), de présenter leurs réalisations au Maroc et à l’international notamment en Afrique.

Le Président malgache s’est dit impressionné par les réalisations marocaines notamment dans le domaine des énergies renouvelables, de l’industrie agroalimentaire, pharmaceutique et dans d’autres secteurs, invitant les secteurs privés marocain et malgache à creuser encore davantage les différentes pistes de coopération identifiés en vue de les traduire en projets.

Les deux parties ont convenu d’un échange de visites très prochainement, ainsi que d’un suivi des pistes de coopération identifiées.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.