fbpx
Journaleco
Journaleco.

Le marché aéronautique sera difficile à court terme et résilient à plus longue échéance, selon les prévisions de Boeing

Boeing [NYSE : BA] a publié en ce début de semaine  ses prévisions annuelles concernant le marché de l’industrie aéronautique commerciale et de défense, reflétant l’impact de la pandémie de COVID-19 et la vision de Boeing sur la dynamique du marché à court, moyen et long termes. Selon les perspectives de marché 2020 (BMO — Boeing Market Outlook), les secteurs de l’aviation commerciale et des services continueront à être confrontés à des défis importants en raison de la pandémie, tandis que les marchés mondiaux de la défense et des services gouvernementaux afficheront une plus grande stabilité.

 

« Bien que l’année en cours soit sans précédent s’agissant des perturbations imposées à notre industrie, nous sommes convaincus que les secteurs de l’aviation commerciale et de la défense surmonteront ces défis immédiats, retrouveront leur stabilité et sortiront renforcés de cette épreuve », a déclaré Marc Allen, Directeur de la stratégie de Boeing.

 

Les perspectives de marché de Boeing font état d’un marché total évalué à 8 500 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie, en incluant la demande de produits et services aérospatiaux. Ces prévisions sont en baisse par rapport aux 8 700 milliards de dollars annoncés en juin 2019 et ce, en raison de l’impact de la pandémie de COVID-19. Si les compagnies aériennes du monde entier ont commencé à se remettre d’une baisse du trafic passagers, et du chiffre d’affaires de plus de 90 % en début d’année, le processus de rétablissement complet nécessitera plusieurs années, selon les prévisions.

 

Selon les prévisions du BMO 2020, 18 350 avions commerciaux seront nécessaires au cours de la prochaine décennie — soit une baisse de 11 % par rapport aux prévisions 2019 —, pour une valeur d’environ 2 900 milliards de dollars. À plus long terme, sous réserve que les principaux facteurs industriels demeurent stables, la flotte commerciale devrait retrouver sa tendance à la croissance, générant une demande de plus de 43 000 nouveaux avions sur la période de 20 ans couverte par l’étude.

 

Les perspectives de marché de Boeing tablent par ailleurs sur une opportunité de marché de 2 600 milliards de dollars pour les secteurs de la défense et de l’espace au cours de la prochaine décennie. Cette projection confirme l’importance des avions militaires, des systèmes autonomes, des satellites, des engins spatiaux et autres produits de défense tant au niveau national qu’international. Cette demande demeure mondiale par nature, 40 % des dépenses étant générés en dehors des États-Unis.

 

Bien que la demande de services commerciaux à court terme soit en baisse, les perspectives de marché de Boeing prévoient une opportunité de marché de 3 000 milliards de dollars pour les services commerciaux et gouvernementaux d’ici à 2029, les solutions numériques s’imposant comme un facteur critique auprès de clients qui se concentrent sur l’allègement de leurs opérations en vue de s’adapter à la demande future du marché. Les services et les solutions de gestion du cycle de vie aideront les clients à moduler leurs opérations afin d’atteindre leurs objectifs d’efficience et de coût en adéquation avec les tendances de reprise du marché.

 

Alors que les conséquences de la pandémie continuent de se faire sentir, Boeing a pris les mesures nécessaires dans l’optique de remodeler ses activités et de s’adapter à la nouvelle réalité du marché pour gagner en résilience sur le long terme. Cette transformation concerne tous les aspects du Groupe, y compris l’infrastructure, les frais généraux et l’organisation, le portefeuille de produits et les investissements, la gestion de la chaîne d’approvisionnement et l’excellence opérationnelle.

 

Par ailleurs, Boeing a également publié ce jour l’édition 2020 de ses prévisions annuelles pour l’aviation commerciale (CMO — Commercial Market Outlook). Ces prévisions sur 20 ans concernent l’évolution du marché de l’aviation commerciale et des services, et font état d’une augmentation du nombre d’avions livrés en remplacement d’appareils plus anciens qui seront mis hors service de façon accélérée, notamment au cours de la première décennie.

 

« Cette année, l’aviation commerciale doit relever des défis historiques qui affectent de façon significative la demande d’avions et de services à court et moyen termes », a déclaré Darren Hulst, vice-président de Boeing en charge du marketing commercial. « Mais l’histoire nous a montré à maintes reprises que le transport aérien est un secteur résilient. Les difficultés perturbations actuelles influeront sur la stratégie des compagnies aériennes pendant de longues années, celles-ci s’efforçant de constituer des flottes polyvalentes, des réseaux et des modèles industriels innovants qui conjuguent des capacités et une efficacité maximales à moindre risque pour une croissance durable. »

 

Les prévisions commerciales sont les suivantes :

  • Au cours des 20 prochaines années, le trafic des passagers devrait augmenter en moyenne de 4 % par an.
  • La flotte commerciale mondiale devrait atteindre 48 400 unités d’ici à 2039, au lieu de 25 900 appareils aujourd’hui. Au cours de cette période, l’Asie continuera d’augmenter sa part de la flotte mondiale, avec près de 40 % de la flotte contre environ 30 % aujourd’hui.
  • Les avions monocouloir tels que le 737 MAX continueront de représenter le principal segment de marché ; selon les prévisions, les compagnies auront besoin de 32 270 nouveaux avions au cours des 20 prochaines années. La demande de monocouloirs se rétablira plus rapidement en raison de son rôle clé sur les vols court-courriers et les marchés intérieurs, ainsi que de la préférence des passagers pour les liaisons point à point.
  • Sur le marché des avions gros porteurs, Boeing prévoit une demande de 7 480 avions d’ici à 2039. La demande de gros-porteurs sera affectée par la lenteur de la reprise sur les liaisons long-courriers — ce qui est habituel après un choc enregistré par le secteur aérien —, ainsi que par les incertitudes inhérentes à l’impact de la pandémie de COVID-19 sur les transports internationaux.
  • Dans le domaine du fret aérien, un secteur relativement épargné en 2020, la demande devrait augmenter de 4 % par an et générer une demande supplémentaire de 930 gros porteurs neufs et la conversion de 1 500 avions cargo au cours de la période couverte par les prévisions.

JournalEco

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.